Connect with us

Calédosphère

Actualité

C’est officiel : Harold Martin votera pour l’indépendantiste

Comme nous l’annoncions avant le 1er tour des législatives, Harold Martin a mis son plan à exécution. Échouant dimanche à se qualifier pour le 2nd tour, l’ex-président du gouvernement a déclaré « préférer avoir Louis Mapou à l’Assemblée Nationale » que Philippe Gomes. Il encourage à battre le non-indépendantiste en s’abstenant ou en votant blanc ou nul. Manip.

« Je voterai pas pour Philippe Gomes, ça c’est clair ». Si cette déclaration d’Harold Martin sur les ondes de RRB n’aura finalement pas étonné les observateurs attentifs de la vie politique calédonienne ce mercredi midi, en revanche, c’est la première fois qu’un candidat loyaliste, signataire de l’accord de Nouméa pour le RPCR de Jacques Lafleur de surcroit, affirme sa préférence pour le candidat du FLNKS arrivé au second tour d’une élection législative et espère que celui-ci siègera à l’Assemblée Nationale. Et s’il n’a pas donné de consigne de vote, affirmant « on peut voter nul, on peut voter blanc », de façon personnelle il a été plus clair. En effet, mis à part ses diatribes habituelles contre le candidat de Calédonie Ensemble, Harold Martin était depuis lundi resté assez vague sur son sentiment personnel et son prochain vote. Alors que plusieurs mouvements politiques loyalistes ont déjà appelé les loyalistes à se mobiliser dimanche pour faire barrage au candidat indépendantiste dans la seconde circonscription, le maire de Paita a lui choisi de franchir le Rubicon :

« Au bout du compte, je préfère avoir un Monsieur Mapou à l’assemblée nationale, parce que lui il est clair, on sera pas étonné avec lui, il a une position parfaitement claire que je respecte : lui il veut l’indépendance. Voilà. (Harold Martin, 14/06/17 ; sources : RRB) »

Une position qui n’étonnera peut-être pas les proches d’Harold Martin qui l’ont déjà vu par le passé se réjouir de l’élection de Roch Wamytan au congrès ou lors de son alliance avec l’UC de Gilbert Tyuienon au gouvernement. Reste qu’un candidat FLNKS n’avait, jusqu’à aujourd’hui, jamais été soutenu par un leader loyaliste.

L’ultime vengeance contre Gomes ?

Réagissant par communiqué, le parti de Philippe Gomes a vu dans cette déclaration et cette prise de position la preuve que le candidat dissident des Républicains, connaissant ses très faibles chances de succès, s’était présenté à ces élections uniquement pour faire battre le leader de Calédonie Ensemble et faire élire Louis Mapou :

« Cette position confirme qu’Harold Martin n’était candidat aux législatives que pour faire élire un indépendantiste, à défaut d’être lui-même élu. Elle démontre que sa théorie fumeuse du complot pour « l’indépendance-association » n’était qu’une invention destinée à lui servir d’alibi pour régler ses comptes avec Philippe Gomes y compris en favorisant l’élection d’un indépendantiste à l’Assemblée Nationale (Communiqué CE, 14/06/17 ; sources : FB) »

Mais sur le plan politique, le mouvement assure que cette position n’est rien de moins qu’une trahison des électeurs Calédoniens, majoritairement non-indépendantistes et qu’elle aura des conséquences pour le territoire :

« Cette trahison délibérée de la Nouvelle-Calédonie française est d’autant plus grave qu’à 18 mois du référendum « pour ou contre l’indépendance », elle peut permettre à la revendication indépendantiste de trouver un écho renforcé auprès du Président de la République, du 1er Ministre, du Parlement, des médias et de l’opinion publique française (…) elle galvanisera aussi sans nul doute « le peuple indépendantiste » pour reprendre la formule de Louis Mapou. (Communiqué CE, 14/06/17 ; sources : FB) »

Une possibilité que ne semble pas redouter Harold Martin, jugeant que pour ses intérêts personnels, le jeu en vaut peut-être la chandelle. Quitte à ce que cela offusque, in fine, une partie de ses propres électeurs qui ne souhaiteront pas le suivre et voter pour un indépendantiste ? Voire. Quand bien même, décrédibilisé, mis en examen dans plusieurs affaires, ayant déclaré ne plus vouloir se représenter dans sa commune, il est probable que ces élections de 2017 soient l’une, sinon la dernière, à laquelle Harold Martin aura pu se présenter. D’autant plus qu’avec le vote prochain de la loi Macron sur la moralisation de la vie politique française, aucun candidat avec un casier judiciaire ne pourra plus se présenter…

A ceux qui ne nous ont pas crus…

Une semaine avant le 1er tour, Calédosphère diffusait dans ces colonnes un article analysant les raisons pour lesquelles Harold Martin allait vraisemblablement soutenir Louis Mapou contre Philippe Gomes et ainsi « Faire élire un député indépendantiste ». Cet article publié le 6 juin dernier a été immédiatement critiqué par plus d’une centaine d’internautes. Et parmi eux, dans la majorité des commentaires, les internautes affirmaient que cette hypothèse était une « connerie » sans aucun fondement « un ramassis de fadaises » ou même de la « masturbation intellectuelle »… Il faut dire que jusqu’à la semaine dernière, jamais aucun leader loyaliste n’avait pris position pour un indépendantiste dans une élection nationale, au suffrage universel direct qui plus-est. Et ainsi, beaucoup d’électeurs loyalistes pensaient la chose impossible. Malgré tout, nous avions vu juste… Cependant, certains de ces internautes niant la volonté d’Harold Martin de faire élire un indépendantiste étaient en fait des militants ou des membres de son équipe municipale. Ainsi le 1er-adjoint au maire de Paita et proche d’Harold Martin, Willy Gatuhau, avait réagi derechef expliquant que nos informations étaient « dignes d’un film de science-fiction » :

De même, un militant d’Harold Martin et ancien porte-parole du collectif contre l’insécurité créé lors des graves évènements ayant eu lieu à Saint-Louis avait critiqué cet article. Il assurait que dire que le maire de Paita faciliterait bientôt la victoire de Louis Mapou c’était « n’importe quoi »

Pour autant, ce midi, de façon publique, Harold Martin a déclaré sur les ondes : « Je préfère avoir un Monsieur Mapou à l’Assemblée Nationale ». Et si ce fait doit désormais être pris en considération par les électeurs partisans du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France, il n’empêche pas que d’autres militants d’Harold Martin se sont un peu plus plantés encore. La semaine dernière notre très cher lecteur Rigoberto a ainsi fait la projection du siècle, assurant avant tout le monde qu’Harold Martin ferait un carton dans sa circonscription. La rédaction profite donc de l’occasion pour le remercier pour son pronostic et lui adresser officiellement ses plus chaleureuses salutations.

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



Laisser une réponse

183 Commentaires sur "C’est officiel : Harold Martin votera pour l’indépendantiste"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Si Ph. Gomès gagne dans la deuxième circonscription, que dira H. Martin ? que ses électeurs sont eux aussi indépendantistes ?
Je pense que Mr. M est en train de se fourvoyer dans une très mauvaise voie, je me demande s’il pourra continuer à croiser le regard des gens dans la rue après une telle incartade.
HM, quoiqu’on en pense et on en dise, n’est pas le dernier des idiots, il est malin, j’ai toujours du mal à comprendre comment a il pu se laisser entraîner par lui-même dans une telle impasse.

memory

Ce n’est qu’un pauvre kon qui a un pied -à-terre à Dubaï ou bien aux emirats. Il est déjà Indépendant…….. Qu’il se casse!!!!!

On assiste avec HM et BH à la fin d’un tabou de l’anthropologie politique de la NC : des loyalistes réputés “extrêmes” dans la défense de la Calédonie dans la France, prêts par calcul personnel, par égocentrisme et par haine viscérale d’une tendance indubitablement loyaliste, à faire élire un député indépendantiste. Je ne sais pas ce qu’ils ont fumé tous les deux, mais c’est de la bonne! Pour leur avenir, je pense qu’ils vont rapidement redescendre et se rendre compte qu’ils vont vivre leur pire “bad trip” dans les semaines qui viennent. Cela c’est pour leur personne, mais que deviendront… Lire la suite »
Alba

Quelle que soit l’opinion que l’on a des candidats, penser à l’avenir de la Nouvelle-Calédonie est prioritaire. Si seulement, les uns et les autres pouvaient oublier un peu leur ego, ce serait un grand pas pour le pays. J’espère qu’il n’y a qu’un seul Arold Martin.Associer les indépendantistes me semble correct et indispensable, leur laisser la possibilité de demander l’indépendance est un non-sens : je ne veux pas vivre dans un Vanuatu 2. La haine et la rancoeur n’ont pas de place.Je suis désolée de la position prise par Martin.

didich

On s’en fout carrément de la position de ce vieux crabe de la politique locale! Maintenant qu’il a été battu, qu’il reste une bonne fois pour toute dans son trou! On en a plein le derch de ce vieux monde colonial ! Vive la jeunesse. Mapou n’a pas besoin de lui!

moacaledo

H M. C’est un gros tas de merde !

Dégages dans les Emirats claquer le blé volé et oublies nous .

Clark

Une des particularités de Martin, à part que je le déteste encore plus que je ne conchie El Fillipo, c’est d’avoir dirigé un parti aux cotés de Gomès.

En fait, il le connaît mieux que nous tous ici.

Moi ce que j’en dis… on va encore me dire que je fais une fixette…

Clark tu disais aussi que tu enc***** Backes dans un de tes commentaires fleuris. Est-ce par passion ou dépit?

Clark

C’est par dédain.

Sinon le rapport avec ce que j’ai dit plus haut? explique?

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top