Connect with us

Calédosphère

Actualité

Lutte contre l’alcool : le gouvernement « assume » mais créé la polémique

Déclaré “grande cause du pays”, le plan de lutte contre la consommation excessive d’alcool du gouvernement doit bientôt être examiné par les élus du congrès. Mais si des associations et des personnalités soutiennent l’exécutif – qui veut augmenter de 20 à 25% le prix des boissons alcoolisées – de leur côté, les importateurs, les producteurs et les revendeurs sont vent debout. Hips.

Lors de son point presse hebdomadaire, Nicolas Metzdorf a évoqué cette semaine les « lobbys » du secteur qui feraient actuellement pression sur le gouvernement et sur des élus afin que ceux-ci renoncent à voter prochainement l’augmentation de la taxe sur l’alcool. Mais, pour le nouveau porte-parole de l’exécutif, les mesures seront bien déposées dès le début de l’année prochaine et assumées par le gouvernement :

« On n’obéit pas aux lobbys économiques (…) Nous, on agit dans l’intérêt général des Calédoniens et dans l’intérêt de leur santé et de leur bonne santé. Donc nous ne céderons pas aux menaces qui sont en œuvre aujourd’hui à travers des campagnes de communication et de dénigrement sur notre lutte contre l’alcool. Nous continuerons d’agir et le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie assume. (Nicolas METZDORF, 12/12/17 ; sources : NC1ère) ».

En effet, depuis l’annonce par le gouvernement de l’examen de plusieurs textes visant à lutter contre la consommation excessive d’alcool, les acteurs du secteur (avec en première ligne la FINC et la GBNC) ont lancé une opération de communication visant à expliquer à l’opinion publique calédonienne qu’une augmentation des tarifs était contre-productive. Affirmant que cette décision était « prise sans concertation » et qu’elle ne permettait pas « de s’attaquer aux causes profondes de l’abus d’alcool », la GBNC a, de plus, fait savoir dans un communiqué de presse que la mesure aura « un impact sur l’emploi ». Les acteurs du secteur ont ainsi lancé une pétition en ligne intitulée « stop aux augmentations de taxes » et commandé un sondage sur le sujet ainsi qu’un plan de communication pour en faire ensuite connaitre les résultats. Car s’il existe une quasi-unanimité quant aux mesures de prévention et de sensibilisation du plan, d’un autre côté, l’interdiction de la promotion et de la publicité sur l’alcool que les textes prévoient et surtout la hausse des prix ne sont, pour la FINC, « pas les bienvenue » :

« On a effectivement des risques très forts sur l’emploi et sur une baisse de la consommation, qui est recherchée. Alors est-ce qu’elle sera pérenne ou pas cette baisse ? On n’en sait rien. Mais si la mesure fonctionne, comme le souhaite le gouvernement, on aura une baisse de la consommation et il y aura de toute façon un impact économique, ça c’est sûr. Est-ce qu’il y aura un impact réel sur les addictions et les problèmes d’alcool, est-ce que ça fera baisser le nombre de morts sur les routes ? Personnellement j’en doute (Flavie TEXIER, secrétaire générale de la FINC, 11/12/17 ; sources : NC1ère) »

Influent, par le passé le secteur avait déjà obtenu lors d’un vote au congrès la baisse des taux de taxation de la future TGC sur l’alcool et les boissons sucrées.

Des personnalités face au “naufrage” dans l’alcool de la société calédonienne

A l’instar d’Olivier GOYARD, président de l’association prévention routière, nombreux sont les professionnels du monde associatif qui saluent une mesure « bénéfique » qui serait « de bon augure » pour l’avenir. Réalisatrice d’un documentaire intitulé « naufrage » traitant des ravages de l’alcool sur le caillou et qui sera diffusé prochainement sur Canal +, la journaliste Jenny Briffa a elle diffusé un post en forme de coup de gueule qui fait actuellement polémique sur les réseaux sociaux :

« Après plus de 6 mois d’enquête et de tournage auprès des forces de l’ordre, des magistrats, et des professionnels de santé pour réaliser notre documentaire NAUFRAGE, sur les ravages de l’alcool en NC, qui sera diffusé jeudi sur Canal+ , il est évident que la taxation de l’alcool proposée par le gouvernement collégial -qui rassemble les principales forces politiques du pays – doit être saluée et soutenue par nous tous. On tente de nous faire croire que la taxation est une hérésie. Savez-vous que nous taxons 4 fois moins nos bières locales que les Australiens ? Savez-vous également que le produit de cette taxe sera dédié à l’agence sanitaire et sociale qui pourra ainsi renforcer la prévention et les soins? (Jenny BRIFFA, 11/12/17 ; sources : FB) »

Il faut dire que selon le Procureur de la République, en Nouvelle-Calédonie « 80 % des infractions se font sous emprise alcoolique ». Et, après six mois d’investigation, la journaliste a semble-t-il dressé dans son documentaire un constat alarmant de la situation évoquant « le récit du naufrage de notre île, dans un océan d’alcool » :

« Nous sommes malades de l’alcool ! Il faut agir! Aujourd’hui les alcooliers veulent nous faire croire que cette taxe va les obliger à licencier car la consommation de bière va s’effondrer. Soyons sérieux. Est-ce que la consommation de bière va s’effondrer pour une hausse de 20% du prix des canettes ? Est-ce que vous n’achèterez plus du tout de bières ? Et après tout, en quoi cela serait-il une catastrophe ? En réalité, Savez-vous qui va acheter moins de bières? Les jeunes. Toutes les enquêtes internationales le prouvent. Ce sont les jeunes qui sont les plus sensibles à la hausse des prix (Jenny BRIFFA, 11/12/17 ; sources : FB) »

Des propos qui ont été abondamment relayés mais qui ont également été très critiqués par des internautes, souvent politisés, qui lui reprochent de ne pas conserver un certain « devoir de réserve » en tant que journaliste en soutenant la mesure.

Reste que si le texte préparé par le gouvernement doit être examiné par le congrès « au cours du premier trimestre 2018 », de nombreux observateurs prédisent que, d’ici-là, les acteurs économiques du secteur de la vente de boissons alcoolisées auront fait pression sur suffisamment d’élus pour –comme en octobre 2016 – repousser le vote des textes ou carrément le faire annuler. Une hypothèse qui a de quoi provoquer l’indignation de Jenny Briffa :

« Ne vous laissez pas embrouiller l’esprit par des discours faciles. Il faut soutenir notre gouvernement et nos élus qui peuvent enfin voter une première mesure efficace dans la lutte contre les abus d’alcool. Pour nous, Calédoniens, ce qui compte c’est de stopper ce naufrage… Nous formons un seul et même pays. Quand je vois une femme battue par un mari alcoolique, je vois une Calédonienne. Quand je vois un homme en prison, je vois un Calédonien. Quand je vois la tombe d’un accidenté de la route, je vois la dernière demeure d’un calédonien, qui était un mari, un frère, un employé, un enfant de notre pays. Le reste, ce ne sont que des discours démagogiques et irresponsables. Il faut que tous nos élus votent ce texte avec notre soutien. Notre soutien à tous. (Jenny BRIFFA, 11/12/17 ; sources : FB) »

NB: Avec plus de 15 milliards de chiffres d’affaire annuel, le secteur des distributeurs d’alcool est en constante progression.

Parmi ses principaux acteurs, deux groupes sont leaders en Nouvelle-Calédonie :
– La GBNC (Grande Brasserie de Nouvelle-Calédonie, groupe Heineken, 153 salariés) a enregistré en 2016 un chiffre d’affaire de 5,843 milliards de francs en augmentation de 5.24% par rapport à l’année précédente (l’évolution du CA de la GBNC a été de 68.94% entre 2010 et 2015)
– La société Le Froid (184 salariés) a quant à elle présenté l’année dernière un chiffre d’affaire de 6.264 milliards de francs en augmentation de 10.81% sur trois ans (2013-2016).

Entre 2013 et 2016, les sociétés Le Froid et GBNC ont distribué à leurs différents actionnaires pour exactement 4.687.372.000 Fcfp de dividendes (3.18 milliards pour la GBNC et 1.5 milliards pour Le Froid) Sources : chiffres DAE.

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

107 Commentaires sur "Lutte contre l’alcool : le gouvernement « assume » mais créé la polémique"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
josé Paldir

vite fait bien fait et toc un cambriolage un dans une boutique d’alcool à Koné…quand on a soif on a soif
la Calédonie est vraiment prévisible

Incroyable! l’alcool en vente libre ce weekend, ce dimanche matin!

Comme tous les dimanches matin, non ???

Il me semblait avoir vu ces dernières années les rayons alcools fermés les après midis de week-end.
Sûr, les commerces ne sont pas ouverts le dimanche après midi.
A quoi ces fermetures servent-elles alors? Une passoire en lieu et place d’un système étanche?
S’il y a des morts cette St Sylvestre, accidents, bagarres, que dira le Gouvernement? le Haut Commissaire ?
Y aura-t-il faute à admettre?

josé Paldir
XXX
Vu sur le site des Nouvelles du jeudi 28 décembre (16h 45) sous le titre : “Saint Sylvestre : des contrôles de partout” “Sur le secteur des baies, à Nouméa, là où se déroulent traditionnellement (les beuveries du nouvel an) les festivités du passage à la nouvelle année, des patrouilles pédestres seront effectuées sur la baie des citrons et sur l’Anse-Vata.” Dans l’article, “les beuveries du nouvel an” sont rayés. Cette subtilité n’étant pas accepté sur Calédosphère lors du copier/coller, cela rend moins bien que l’original. Remarquez à 16h 45 aux Nouvelles un jeudi 28 décembre, après un repas de… Lire la suite »
XYY

XXX. “barrés”. Demandez à Floyd et Alik…

XYY : “barrés”. Demandez à Floyd et Alik…

L’honnêteté foncière de XYY (qui cite toujours ses sources) mériterait une rosette (donc un traitement VIP chez Kolere).

XXX, rien de plus simple, suffit de coller deux balises html et le tour est joué. Exemple :
“traditionnellement les beuveries du nouvel an les festivités”

Voir l’image ci-dessous, les balises disparaissent à l’édition :

XXX.JPG
XYY

Alik.”honnêteté foncière”. Si on veut… Vous avez quand même remarqué que les noms des sources étaient barrés….

XYY : “Vous avez quand même remarqué que les noms des sources étaient barrés….”

Il est évident que c’était pour prouver que le maître était excellent et l’élève très doué.
Pas de fausse modestie.

Janloupe Pahune

Beaucoup plus simple, et mille fois plus efficace : obliger GBNC et Le Froid à ne produire que de la bière sans alcool. Investissement : 0, efficacité 100%. Il suffit de le vouloir !

janloupe,

Et pour les spiritueux et le pinard on fait comment ???

Janloupe Pahune : “obliger GBNC et Le Froid à ne produire que de la bière sans alcool.”

T’as pensé à l’emploi lokal ?
Et tu interdis aussi l’importation ?

Janloupe Pahune

Quand l’emploi local consiste à tuer des gens, supprimer ces emplois serait de salubrité publique. Quand aux importations, rien de plus facile à interdire…

Heu, Janloupe Pahune, Si j’ai bien compris tu veux revenir à la prohibition parce qu’il y a des gens qui ne prennent pas leurs responsabilités !!!??? Et donc tu proposes que l’alcool soit interdit ??? Mais on fait quoi avec les voitures…??? Parce que 100% des accidents de la route sont le fait de véhicules, non ??? Donc on interdit les bagnoles, les camions, les motos, les vélos, les avions, etc… Et on part bien du principe que ces emplois consistent à tuer des gens… Et au fait on interdit les couteaux, les fourchettes, etc… Désolé l’ami, mais ta remarque… Lire la suite »

“Quand aux importations, rien de plus facile à interdire…”

Ah ça oui : bananes lokales à 1000 balles le kg, juste parce que celles à 150 dans le reste du monde sont interdites d’import.
Dans la liste au père-noël, qu’il oblige les producteurs lokaux à se les foutre dans le luc plutôt que de nous rançonner à ce point !

Janloupe Pahune : “Quand aux importations, rien de plus facile à interdire…” Restera encore la contrebande, avec par exemple une ligne directe Port Vila – Canala où, tu dois le savoir, les voitures volées circulent en toute impunité, après avoir passé les cols (en toute impunité). Alors charger un pick-up et le descendre à Nouméa … avec peut-être un entrepôt central à Saint Louis, où il est invraisemblable de perquisitionner. Oublie, aucun pays riche ne peut sevrer ses ivrognes, ça n’a pas marché aux USA. Et si tu veux licencier, gare les bâches bleues. Evidemment il y a toujours la… Lire la suite »
Yvan La Méche

TAXER à mort la biére, la taupette, la Number One Kulturelle celle que boivent tous les délinquants par carton entier….OUI, foutez lui 30% dans la gueule c’est clair.Qu’on en finisse avec cette sale kulture…..

Yvan,
Tu penses vraiment qu’en augmentant le prix de l’alcool et de la bière en particulier, les sales cons qui nous tuent sur les routes et frappent leur femmes, leurs enfants, etc…
Tu penses donc que ces branleurs ne vont plus boitent une goutte d’alcool…???
Ben t’as de la merde dans la tête si tu penses ça…

jose Paldir
A COPIER? L’Australie, le pays de l’éthylotest anti-démarrage En Australie, la limite légale de consommation d’alcool est la même qu’en France: 0.5 g par litre de sang. Mais la grande différence, c’est que les jeunes conducteurs n’ont pas le droit de boire une seule goutte d’alcool. En France, ils peuvent boire un peu, la limite étant fixée à 0.2 g par litre de sang. « Il faut vraiment leur imposer un taux d’alcoolémie de 0, parce que même une petite quantité d’alcool peut altérer le jugement d’un conducteur inexpérimenté. S’il a 0.2 g d’alcool dans le sang, le risque qu’il… Lire la suite »
Y a aussi des tamioc avec alcootest anti-démarrage ? Parce-qu’il y a quand même beaucoup de pétages de gueules sur fond d’alcool dans les faits divers. Les lois c’est bien, mais les appliquer, c’est mieux. Depuis que les banques et l’état se sont pacsés pour former la plus grande mafia du monde, ils n’ont pas de problèmes pour appliquer les lois concernant le prélèvement de pognon. Vu que tout le fric que vous produisez à la sueur de votre front, a obligation de transiter dans une banque et que les banques et l’état baisent ensemble. Il leur suffit d’appuyer sur… Lire la suite »
Jose Paldir : “En Australie, la limite légale de consommation d’alcool est la même qu’en France” Et si l’on veut comparer avec la NC, peut-être les contrôles sont-ils faits plus intelligemment. Anecdote : fin avril 2010, de passage à Katherine, Northern Territory, nous sommes tombés sur le festival annuel de “country music”, organisé sur un ancien terrain d’aviation de la seconde guerre. Ça commençait dans l’après midi et durait jusqu’à point d’heure dans une super ambiance : – https://www.youtube.com/watch?v=XR0ruq7VIxU Et à la sortie, il y avait les flics qui arrêtaient toutes les voitures et faisaient souffler, on nous avait prévenu… Lire la suite »
Alikantitra, C’est fini pour 2017, pas de grand contrôle routier a la sortie des boîtes à la BD, Comme tu le sais les autorités nous ont encore fait leur grand coup de cinéma annuel, l’opération anti-délinquance un samedi soir de juillet ou la police et la gendarmerie contrôlent tout le monde, créent des embouteillages et FONT CHIER TOUT LE MONDE. Histoire de faire un gros tapage médiatique, “regardez on fait quelque chose”. Passé ce “grand soir” annuel, retour à la normale tu peux circuler bourré ou avec du cannabis les 51 autres samedi soirs de l’année. La méthode française; c’est… Lire la suite »
Mister Eric : “C’est fini pour 2017, pas de grand contrôle routier a la sortie des boîtes à la BD” Faut comprendre aussi qu’il est plus simple (et probablement moins coûteux et moins dangereux, et peut-être aussi plus rentable) de taxer le non-port de la ceinture pendant les jours et heures ouvrables, surtout s’il ne pleut pas. Et puis contrôler aux sorties des débits de boissons entraînerait des pertes sèches pour ceux-ci, donc des suppressions d’emploi, et comme déjà la nouvelle taxe sur l’alcool va causer des licenciements chez les fabricants et les importateurs … Et je me retiens d’évoquer… Lire la suite »

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top