Connect with us

Calédosphère

Actualité

1er référendum : courage, plus que 2 autres après !

Ce 4 novembre, 174 000 électeurs sont donc invités à faire connaitre leur choix sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. Cependant, les mouvements indépendantistes ont fait savoir que si le NON à l’indépendance était majoritaire dimanche, ils referont voter les Calédoniens en 2020 puis en 2022 comme le permet l’accord de Nouméa… Et 1, et 2, et 3 scrutins ! 

« Debout les campeurs et haut les cœurs, c’est le jour du référendum ! ». S’agissant de son actualité politique et institutionnelle, la Nouvelle-Calédonie va un petit peu devenir un « Jour sans fin » ces prochaines années. Tout comme dans le film éponyme où le héros est condamné à revivre encore et encore la même journée indéfiniment, la majorité des électeurs Calédoniens va vraisemblablement devoir voter, encore (et encore et encore) pour démontrer s’ils sont majoritairement contre l’indépendance du territoire et afin de relégitimer la souveraineté française en Nouvelle-Calédonie. Rappelons d’abord à toute chose utile que l’information n’est pas nouvelle, le dispositif étant défini par l’article 5 de l’accord de Nouméa, aujourd’hui partie intégrante de la constitution française. Celui-ci indique :

« La consultation portera sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l’accès à un statut international de pleine responsabilité et l’organisation de la citoyenneté en nationalité. Si la réponse des électeurs à ces propositions est négative, le tiers des membres du Congrès pourra provoquer l’organisation d’une nouvelle consultation qui interviendra dans la deuxième année suivant la première consultation. Si la réponse est à nouveau négative, une nouvelle consultation pourra être organisée selon la même procédure et dans les mêmes délais. (Extrait Accord de Nouméa, Art 5 LO) »

En 1998, à bout d’idées et d’encre, les rédacteurs de l’accord signé sous l’égide de Lionel Jospin n’avaient pas souhaité imaginer un 4ème référendum en cas de nouveau NON, terminant la sentence d’un fabuleux mais nébuleux « Si la réponse est encore négative, les partenaires politiques se réuniront pour examiner la situation ainsi créée ». Un corps de phrase ne signifiant malheureusement absolument rien ce qui a donc facilité son acceptation par l’Etat, très heureux à l’époque de se sortir de la panade par une formule alambiquée. Reste qu’en cas (très probable) d’une réponse négative à l’indépendance en ce beau jour ensoleillé de novembre 2018, un autre référendum devra être organisé en novembre 2020, puis encore un autre en novembre 2022 si les Calédoniens continuent encore et encore de penser pareil : c’est à-dire d’être hostiles à l’indépendance. Naturellement, depuis plusieurs mois, des voix s’élevaient (notamment chez les non-indépendantistes) afin d’expliquer qu’il était au mieux stupide, au pire dangereux, de renouveler l’expérience de ce dimanche. Les antagonismes et les tensions s’accroissant forcement en période référendaire, l’économie et le vivre ensemble calédonien pourraient en souffrir, ce qui (on le rappelle) n’est pas une bonne chose comme chacun sait…

Comme un avion en papier sur la lune ?

Mais dernièrement, dans un sursaut post-campagne, le sénateur Pierre Frogier (LR) a choisi de faire une annonce pour dire que, après 20 ans de travail et d’intense réflexion, il allait faire modifier la constitution française pour changer l’accord de Nouméa en faisant voter le parlement français à Versailles et interdire ainsi la possibilité d’organiser les autres référendums :

« Il ne servira à rien de poser la même question par référendum, une deuxième et une troisième fois. Je déposerai donc une proposition de loi constitutionnelle de façon à écarter ces référendums (Pierre FROGIER, 30/10/18 ; sources : RNC) »

Sans surprise, les indépendantistes ont été, à quelques heures du scrutin, très réceptifs à cette annonce. L’ensemble des leaders du FLNKS ayant depuis chacun rappelé avec force que (en cas de NON) les deux autres référendums étaient prévus par la loi et qu’on y irait quoi qu’il arrive parce que c’était comme ça et puis c’était tout. D’ailleurs, dans un communiqué, Paul Néaoutyine (UNI-Palika) a fait savoir que la proposition de Pierre Frogier était « pitoyable », « caricaturale » et « rétrograde », preuve qu’elle a semble-t-il un peu énervé le président de la province nord :

« Pierre FROGIER n’en est pas à son coup d’essai : après avoir déclaré il y a quelques années qu’il se désengageait de l’accord de Nouméa, voici qu’aujourd’hui il entend, par la magie d’un projet de loi porté par lui seul, modifier la Constitution française, et écarter les deux référendums prévus par l’accord de Nouméa (…) Cette proposition du chef de file du Rassemblement-Les Républicains a autant de chance d’aboutir qu’un avion en papier d’atterrir sur la lune. Les ambitions politiques du Rassemblement-Les Républicians sont inversement proportionnelles à son influence politique en chute libre depuis des années (UNI-Palika, 31/10/18 ; sources : Cap Sur 2018 FB) »

De son côté, le président de l’UPM (un des mouvements constituant le FLNKS) a fait savoir qu’il refuserait à l’avenir de discuter avec Pierre Frogier. Quant à Daniel Goa il a affirmé que l’Union Calédonienne demanderait en temps voulu l’organisation des deux autres référendums prévus par l’accord de Nouméa. Merci Pierre.

Il nous les a énervés

Il semble donc que les leaders indépendantistes, sachant très bien la prochaine défaite de l’indépendance, comptent maintenant jouer la montre et gagner du temps. Alors que, selon certains observateurs attentifs de la vie politique locale, il aurait été encore possible jusqu’à récemment de convaincre les indépendantistes de renoncer à une seconde puis à une troisième (probable) humiliation, le FLNKS a rapidement utilisé la sortie du sénateur Frogier comme prétexte pour radicaliser sa position sur la question et gagner, de facto, quatre ans de répit. Car, en Nouvelle-Calédonie et depuis la fin des évènements, toute modification du processus institutionnel ne peut être validé, d’abord par Matignon et l’Elysée puis par le parlement, que si et seulement si un consensus local est trouvé auparavant. Celui-ci apparaissant désormais comme impossible à atteindre sur cette question, les indépendantistes se préparent après l’annonce des résultats de ce dimanche à annoncer la tenue du second et du troisième référendum pour 2020, puis pour 2022. Des scrutins sans fin, des campagnes sans fin, des référendums sans fin, des questions sans fin… La Nouvelle-Calédonie, c’est un Jour sans fin sous le soleil.

« Then put your little hand in mine

There ain’t no hill or mountain we can’t climb,

Babe…

I got you babe…

I got you babe… »

(I Got You Babe de Sonny&Cher)

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



118
Laisser une réponse

avatar
26 Comment threads
92 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
apox
apox

Un autre référendum dans 2 ans et puis le suivant en 2022, je pense que la situation économique du pays va être plus que frileuse!

Alikantitra

Apox : “Un autre référendum dans 2 ans et puis le suivant en 2022, je pense que la situation économique du pays va être plus que frileuse!”

Particulièrement dans le secteur de l’immobilier.

ditou
ditou

La validation ou pas de ce résultat est prévu à 7h30.
Donc pour l’instant c’est l’attente.

ditou
ditou

Le sondage était faux, comme je le pensais, on est loin des 66%. Seulement 56,4%. On doit quand même se réjouir, car le non est vainqueur. Je me rappelle,que je vous ai écrit que moi je pensais plus que se serait dans les 50% et bien j’étais pas si loin finalement. Je voudrai maintenant vous annoncer quelque chose. Je vous ai parlé de mes rêves prémonitoires, qui se produisent en général pour une période d’un jour à deux ans. Pour ce premier référendum, je n’ai fait aucun rêve, peut être parce que rien ne change. Mais j’en ai fait un… Lire la suite »

Alikantitra

Ditou : “voici mon RÊVE pour … dans 2 ans : Je lis le commentaire d’Alikantitra … qui disait que c’est le OUI qui l’emporte avec une seule voix d’avance.”

Ditou, tu m’avais promis de garder ça pour toi.

ditou
ditou

Akikantitra
En fin c’est d’ici deux ans. Car c’est le prochain référendum donc je suppose dans deux ans mais ça pourrait être plus tôt.
Oui et bien je t’ai rien promis. Mais je suppose que c’est encore une petite blague que tu me fais. J’ai beaucoup réfléchi et ce me suis dit qu’Alilantitra donc toi, tu serais là au prochain référendum. Quelle chance a ce site, il ne te perdra pas de si tôt.

SCFX
SCFX

je ne crois pas que les sondages étaient faux. Ils présentaient une photographie des intentions de vote au moment où ils ont été faits. Je dirai même qu’ils présentaient les intentions de vote “à froid” des électeurs. Depuis, il y a eu la campagne des indépendantistes qui ont expliqué à leur troupe qu’ils perdraient la face s’il n’allait pas voter pour l’indépendance. La provocation de Pierre Frogier a achevé de déterminer les électeurs kanaks. Frogier a apporté des voix aux indépendantistes.

ditou
ditou

SCFX “je ne crois pas que les sondages étaient faux. Ils présentaient une photographie des intentions de vote au moment où ils ont été faits.” Oui mais ces sondages ont étaient fait pour le jour du 4 novembre 2018, et non pas pour le jour même du sondage. Donc plus de 10% d’erreur, c’est une fausse prévision. Maintenant croire que la campagne et autre ont eu une influence sur le résultat me parait non réaliste. Quand on est loyaliste, on le reste comme pour les indépendantistes. Trouver une excuse ne rime à rien. Rejeter la faute sur la campagne ou… Lire la suite »

Erwann
Erwann

Mélenchon doit vider toutes ses larmes, il avait espoir de voir la France se réduire à peau de chagrin.

LedZep
LedZep

@Erwann
Contrairement à ce que nous pourrions penser tous, Jean-Luc Mélenchon a tenu des propos très nuancés, le moins que l’on puisse dire, sur la NC

https://la1ere.francetvinfo.fr/jean-luc-melenchon-refuse-se-prononcer-referendum-independance-nouvelle-caledonie-633058.html

jose Paldir
jose Paldir

MON ANALYSE A MOI 1/ immense participation , impossible de refuser les résultats 2/ Destin commun à oublier c’est kanak contre pas kanak ( nonobstant les analyses stupides des loyalistes sur France INFO ) 3/ le corps électoral restreint a joué son rôle , trouver une plus grande représentation kanake 4/ Nouméa la blanche ne l’est plus totalement les 20% de kanak y vivant votent indépendance 5/ les iles ont moins voté indépendance .Le verre a moitié plein ils ont compris que pour l’indépendance ils n’étaient pas prêt ou alors tendance verre à moitié vide , ils sont encore pire… Lire la suite »

Mister Eric

“Destin commun à oublier c’est kanak contre pas kanak”

Oui ça je l’ai compris dès hier soir en voyant les résultats commune par commune et j’en suis vraiment abattu.

Un mythe s’est effondré hier soir : celui de croire que plus de Kanak étaient contre l’indépendance.

constat supplémentaire : ils préfèrent les médecins cubains et la coopération avec la Chine…ils croient vraiment aux promesses…

——————————–

“nonobstant les analyses stupides des loyalistes sur France INFO”
… je passe…

ditou
ditou

Mister Eric “Un mythe s’est effondré hier soir : celui de croire que plus de Kanak étaient contre l’indépendance.” Oui, il faut être complètement idiot pour croire que des kanaks pourraient laisser leur ethnie de coté ,pour ma part je l’ai pris comme cette citation très connu : “chasser le naturel il revient au galop” ici se serait chasser les origines elle reviennent au galop aussi. Le prochain référendum va être pire car les kanaks qui n’ont pas voté à celui là, vont se mettre en tête qu’avec un score de OUI très confortable, ils peuvent faire mieux et même… Lire la suite »

Pandora
Pandora

Moi Pandora le futur c est le basculement wallisien 😱

Inforétif

“le futur c est le basculement wallisien ”

Sottise, rappelle-toi leur vase de Soissons (l’Ave Maria).
Pour ta pénitence tu réciteras 10 fois ton jevoussaluemarie.

Alikantitra

Inforétif : “Sottise, rappelle-toi leur vase de Soissons”

Je ne serais pas aussi affirmatif.
Pour ta présomption, tu écouteras 5 fois le Credo :
https://www.youtube.com/watch?v=RlXZ_96r8BE
Ça te rappellera ta jeunesse d’enfant de choeur.

ditou
ditou

Pandora
“Moi Pandora le futur c est le basculement wallisien 😱”
Pourquoi j’ai loupé quelque chose au sujet des wallisiens?

Pandora
Pandora

Oui un parti océanien et un comportement moutonnier humain qui va dans le sens de la victoire
Certes hier c était trop tôt mais…avec quelQques promesses de terres collectives style Dumbea ,l offensive sera menée la
Hier soir le sirop thiphon était pro indépendantiste
Vous ne le voyez pas ?changez de lunettes

Clark
Clark

le RDO ne représente pas les wallisiens.

Jose Paldir
Jose Paldir

on est d’accord mais si tu prends le pari qu’un parti océanien ne peut progresser même concurrent à Alosio je crois que tu te trompes , les masses suivent toujours les tendances , hier c’est clair, les kanaks ont fait plus que prévu et massivement donc sur Nouméa si certains kanaks ont voté non à l’indépendance ça veut dire que d’autres ont voté oui à l’indépendance?qui,?
les stats ethnique n’étant pas possible ,ça restera une supputation
mais NEANMOINS le jeu politique kanak est désormais là.. c’est indéniable
A suivre donc

melchisedek

Nostra et mea culpa, et mea maxima culpa. Les pourcentages entre le NON attendu avec une écrasante supériorité (et une certaine morgue) et le OUI ne sont pas au rendez-vous. Des 70-30 nous sommes passés à 57-43. C’est un NON franc certes, mais il n’est pas massif et il offre l’ouverture au FLNKS de poursuivre sur la voie des deuxième et troisième référendum, avec une certaine crédibilité : ils ont gagné ce pari. Ils ont gagné un deuxième pari : celui de la mobilisation qui est carrément … époustouflante dans les tribus et les communes de la côte Est. Ils… Lire la suite »

Erwann
Erwann

S’il y a un deuxième et troisième référendum, ceux qui ont votés non ou refusés de voter pour le oui ou le non n’auront pas plus de raisons de changer de camps par contre les instigateurs (de l’indépendance) vont pouvoir s’enrichir un peu plus grâce à la France donc ça les arrangent que ce référendum ne soit pas en leur faveur.

LedZep
LedZep

@melchisedek « La refondation du logiciel loyaliste est ce soir devenue une obligation tout aussi urgente que celle du logiciel indépendantiste. ». J’ai bien peur que l’on revienne à la situation des années 80 avec de nouveau un clivage fort entre les tenants de l’indépendance et ceux qui sont contre. Ce résultat mitigé en faveur du « non » ne peut que renforcer la détermination des indépendantistes qui durciront leur discours dans les jours à venir, ne serait-ce que pour dès que possible entamer de nouveau une campagne pour le prochain référendum pour eux désormais plus que légitime. Pour ce qui est du clan… Lire la suite »

Mister Eric

Je suis d’accord avec cette analyse.

XYY
XYY

melchisedek. “la forte participation du vote indépendantiste chez les jeunes kanak”. D’où tirez vous cette info ? Je n’ai vu aucun sondage à la sortie des urnes basé sur l’age des votants. “que veulent-ils nous exprimer?”. Échec scolaire, chômage etc.. Comme ça ne marche pas pour eux dans le système actuel, ils en essaieraient bien autre…Sauf que, comme ils ne sont pas plus intelligents que moi ou tout un chacun, pour le moment ils se contentent de promesses, faute de contenu à analyser… Quand ils réaliseront que leurs politiciens sont aussi arrivistes et fumistes que les notres, alors peut-être. J’ai… Lire la suite »

Erwann
Erwann

En réalité, c’est peut-être plus que 56% en faveur du non car n’oubliez pas que les métropolitains arrivés après une certaine date ne pouvaient pas voter ce 4 novembre.

LedZep
LedZep

@Erwann
“En réalité, c’est peut-être plus que 56% en faveur du non car n’oubliez pas que les métropolitains arrivés après une certaine date ne pouvaient pas voter ce 4 novembre.”.

Effectivement plus de 30.000 électeurs potentiels ont été exclus du processus référendaire. Dans leur grande majorité se sont des “calédoniens de cœur” qui ont investi en NC, ont vu leurs enfants y naître. Qui, comme la plupart d’entre-nous, ont leur intérêt à vivre en NC. Quid de cette partie importante de la population ?
Et cette population exclue, n’est pas faite que de métropolitains, ne l’oublions-pas.

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top