Connect with us

Calédosphère

Actualité

Ces dix officiers-pompiers qui nous foutent la honte

Le conflit opposant quelques officiers-pompiers au gouvernement est en fait lié uniquement aux intérêts financiers de quelques-uns. En effet, les grévistes veulent prendre les 45 millions alloués chaque année aux pompiers volontaires (SPV) pour se créer des postes mieux rémunérés de pompiers-fonctionnaires. Une centaine de postes de pompiers volontaires disparaîtrait ainsi que leurs capacités d’intervention… Honteux !

Le concept d’intérêt général existe-t-il encore ? L’appât du gain fait-il disparaître tout sens moral ? Ces questions, on peut se les poser lorsqu’on étudie, les yeux exorbités, les revendications de cette minorité d’officiers sapeurs-pompiers professionnels des communes de Nouméa et de Païta qui sont actuellement entrés dans un conflit très dur avec le gouvernement calédonien. Car le constat est simple et leurs revendications – pas franchement assumées publiquement – sont on ne peut plus claires : elles se résument à l’obtention d’un statut de fonctionnaire plus avantageux financièrement pour une dizaine d’entre eux. Or, cette revendication et l’effort financier qu’elle entrainerait se ferait (à leur demande !) sur le dos de la sécurité des Calédoniens et sur les capacités d’intervention des services de la sécurité civile de la Nouvelle-Calédonie puisqu’ils entendent prendre l’enveloppe budgétaire allouée à leurs collègues sapeurs-pompiers non-professionnels pour se payer… Ce n’est donc rien de moins que la capacité du pays à faire face aux risques naturels qui est en jeu. Inondations, cyclones, incendies, aides aux populations sinistrées, etc, depuis le transfert de la compétence de la sécurité civile, c’est en effet sous la responsabilité du gouvernement local que la DSCGR et les communes font appel dans ces cas-là à des sapeurs-pompiers-volontaires. Ces soldats-du-feu-citoyens interviennent sporadiquement et sont donc mobilisables en cas de besoin, prêts à agir :

« Quand les moyens des communes sont insuffisants sur le terrain, la DSCGR peut intervenir en renfort des sapeurs‐pompiers communaux avec l’appui de sapeurs‐pompiers volontaires. C’est le cas fréquemment pendant la période des feux de forêt. Les interventions de la DSCGR sont plus éparses durant le reste de l’année car dépendantes d’évènements de sécurité civile majeurs dont l’occurrence est heureusement faible : cyclones, séismes, mouvements de terrain, évènements météorologiques dangereux, accidents industriels majeurs (…) La DSCGR n’est pas un centre de secours et d’incendie, elle n’a donc pas vocation à accueillir en son sein une brigade d’intervention de sapeurs‐pompiers professionnels (Communiqué du gouvernement, 25/10/18 ; sources : Mag du Gouv) »

Or, ces « anges-gardiens » comme la presse à coutume de les surnommer apparaissent justement lorsqu’on a besoin d’eux. De cette façon, comme le précise l’association française des maires de Nouvelle-Calédonie, ils ne sont rémunérés que pour le travail effectué et leur implication ne « repose que sur le volontariat et, par suite, sur un acte citoyen qui contribue à la cohésion sociale de la Nouvelle-Calédonie ». Mais une petite dizaine de pompiers au statut d’officier préféreraient obtenir un statut de professionnel (c’est-à-dire ayant un statut se rapprochant de celui de fonctionnaire) afin de gagner davantage d’argent et ceux indépendamment des opérations de terrain. L’exécutif local ayant négocié avec les grévistes et ayant accepté toutes leurs revendications à l’exception du changement de leur statut, le président du gouvernement, visiblement en colère, a souhaité faire une mise au point dans la journée :

« Le gouvernement n’est pas en conflit avec les pompiers qui ont tout mon soutien. La grève qui est actuellement menée se fait au profit de quelques officiers de Nouméa et de Païta qui veulent intégrer la direction de la Sécurité civile et de la gestion des risques en supprimant les postes de plus d’une centaine de pompiers volontaires pour créer 10 postes de pompiers professionnels (Philippe GERMAIN, 25/10/18 ; sources : Mag du Gouv) »

Parce que, en matière budgétaire, il n’y a pas de miracle. Si on habille Pierre, on déshabille forcement Paul. En versant à ces quelques officiers les 45 millions dévolus d’ordinaire aux sapeurs-pompiers volontaires, ces derniers ne pourront plus être payés. En cas de feux de forêt par exemple, la Nouvelle-Calédonie et ses communes n’auraient alors de disponible qu’une dizaine d’officiers sapeurs-pompiers (super bien payés et très contents) et non plus -comme aujourd’hui – ces mêmes sapeurs-pompiers (un peu moins bien payés et donc très tristes) assistés d’une centaine de sapeurs-pompiers-volontaires rémunérés pour l’opération.

Les maires de Nouvelle-Calédonie opposés aux grévistes

C’est la raison pour laquelle, comprenant le danger et l’imposture, l’association française des maires de Nouvelle-Calédonie a pris position affirmant être « totalement opposée à la demande des syndicats SOLIDARITE-NC, CSTC-FO et SENSIS qui vise à transformer une partie des sapeurs-pompiers volontaires (SPV) en sapeurs-pompiers professionnels (SPV) ». C’est ainsi que le maire du Mont-Dore (président de l’association) a rappelé l’intérêt du dispositif des pompiers-volontaires :

« Le recours à des volontaires est un élément de souplesse du dispositif opérationnel de la sécurité civile, qui peut être mobilisé rapidement sur l’ensemble du territoire (…) le dispositif des pompiers volontaires a permis de démultiplier la force de frappe des centres d’incendie et de secours hors de Nouméa (…) cette revendication [des grévistes] ne pourrait se traduire que par des créations de postes, que ni les communes, ni d’ailleurs la Nouvelle-Calédonie, n’ont la capacité financière d’assumer (…) la réforme aboutirait au désarmement de fait des casernes par la compression inéluctable des effectifs (Eric Gay, Président de l’AFMNC ; sources : courrier du 25/10/18) »

Evoquant des « opportunités de carrière » et des « profits d’intérêts individuels », le gouvernement explique lui à demi-mots que du fait de leur ancienneté, les meneurs du mouvement de grève pourraient bénéficier d’avantages financiers importants s’ils obtenaient le changement de statut qu’ils souhaitent. Mais en définitive, il s’agit là aussi d’un choix de société. Voulons-nous collectivement encourager les initiatives individuelles au bénéfice de tous, ou encouragerons-nous les plans de carrière au bénéfice d’une minorité ? S’agissant du reste de la planète, le choix a été fait depuis longtemps : il correspond à celui du gouvernement et des communes de Nouvelle-Calédonie puisque sur le territoire, 80% des sapeurs-pompiers sont des volontaires (86% aux Etats Unis, 75% en Belgique, 80% en Nouvelle‐Zélande…). Un modèle qui permet d’associer les citoyens qui ont le courage, le temps et la volonté de se consacrer à leurs concitoyens et à la protection de leur pays sur leur temps libre, en sus de leur vie professionnelle :

« Un pompier volontaire est un pompier dont l’activité de pompier n’est pas son travail principal. Cet engagement citoyen doit être encouragé et non pas dilué dans un système professionnel. Outre l’impact budgétaire, il s’agit d’une question de principe pour la sauvegarde d’un modèle qui doit être encouragé et promu (Communiqué du gouvernement, 25/10/18 ; sources : Mag du Gouv) »

 Il y a près d’une dizaine d’années, l’auteur de ces lignes avait eu la chance de rencontrer Elodie Mapéri alors qu’elle faisait ses études. Décédée à 22 ans dans un accident de la route en tentant d’éviter un autre véhicule, elle se rendait sur un feu de forêt signalé au col de Nassirah.

Enceinte de deux mois, Elodie Mapéri avait été citée à l’ordre de la Nation. Dans son hommage, le Premier ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault, avait évoqué une jeune fille « dynamique, d’une haute conscience professionnelle et d’un dévouement exemplaire (…) victime du devoir dans l’accomplissement d’une mission de secours »

Elle était sapeur-pompier-volontaire.

Puisse son souvenir faire entendre raison à la minorité de brêles qui, aujourd’hui, ont l’honneur de porter le même uniforme qu’elle mais qui ne le méritent peut-être pas…

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



32
Laisser une réponse

avatar
9 Comment threads
23 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
JFG
JFG

Moi, ce qui me fout le plus les boules, c est de voir que l état envoie des crs pour faire face aux pompiers, avec ordre de charger si besoin, alors qu une bande de clodos avinés bloque l outil de travail à Kouaoua en toute impunité. Cherchez l erreur?

Alikantitra

JFG : “… l état envoie des crs …”

Je croyais que c’étaient des gendarmes mobiles.

JFG
JFG

L esprit est le même.

Alikantitra

Pas pour dire, mais Fermela (de mémoire, même si j’ai des trous) n’avait pas tort quand il écrivait que ce blog ressemble à un salon de thé pour le troisième âge.

Le site Facebook de Calédosphère est un peu plus pétillant.
Les commentaires n’y sont pas forcément plusss longs, mais ils sont parfois plusss bons.
A lire entre autres le point de vue d”un pompier.

Inforétif

“A lire entre autres le point de vue d”un pompier.”

Alik, personne n’est contre les pompiers volontaires, bien au contraire.
Comme personne non plus ne déteste les donneurs de sang : eux aussi, toutes proportions gardées, sont admirables.

Simplement il faut maintenir le bénévolat pour ces deux catégories de volontaires, en aucun cas les rémunérer comme si c’était un métier.
Avec évidemment une indemnisation des frais pour les SPV. Pas un salaire.
Et la possibilité de passer SPF, sur concours, permettant de remplacer les SPF partant à la retraite. Sans plus, sauf si la population générale augmente.

Alikantitra

Inforétif : “Simplement il faut maintenir le bénévolat …”

Le problème est que le bénévolat ne pose pas de problème en période de plein emploi.
Etre bénévole et au chômage est plus difficile à vivre, en début de vie d’adulte, surtout en cas de bac pro.
Le premier commentaire sur Facebook (Xavier Vinchelin) précise bien (à mes yeux) les données du problème.
Un autre commentaire, dans la masse, rappelle le “cas Patrice Dunoyer”.

Sans aucun rapport, tu as déjà entendu parler de la raffinerie de Feyzin ?
https://spdu10.skyrock.com/3267861006-4-janvier-1966-la-catastrophe-de-la-raffinerie-de-Feyzin.html

Inforétif

“Etre bénévole et au chômage est plus difficile à vivre”

Et donc mieux vaut s’abstenir de bénévolat. Mais évidemment ça pourrait poser problème pour les effectifs, les pompiers volontaires étant pour la plupart jeunes.

Feyzin, oui, merci de me rafraîchir la mémoire. La leçon en a été tirée pour une meilleure efficacité des secours, c’est déjà ça.

Chais pas si c’est le référendum qui fait ça, mais les moinszuneurs s’excitent en ce moment. Bien entendu s’expliquer sur leur désapprobation risquerait de les fatiguer.

obelix
obelix

Si ce blog ne te plait pas, pourquoi ecris-tu dedans?

Clark
Clark

“Si ce blog ne te plait pas, pourquoi ecris-tu dedans?”

LA réponse ridicule par excellence…

Alikantitra

Obelix : “Si ce blog ne te plait pas, pourquoi ecris-tu dedans?” La gestion des commentaires étant quelque peu anarchique, je n’ai pas la certitude absolue que c’était à moi que tu t’adressais. Néanmoins, je vais faire comme si. Apparemment, c’est ma référence à la page Facebook de Calédosphère qui a déclenché ton commentaire réprobateur. J’apprécie ce blog, où règne une totale liberté de parole, malgré l’engagement manifeste des auteurs des articles au service de Calédonie Ensemble. Extrêmement rares sont en effet les commentaires du genre “Si t’es pas content t’as qu’à te barrer”. Ce blog permet en effet un… Lire la suite »

XYY
XYY

Alik.
“vieux bonzes”. Aaah , la série Kung Fu, je me suis payé de belles tranches de rire.
comment image

Eric

Oh punaise mais c’est le petit scarabée à côté du maître…!!!

Que de souvenir…!!!
Une série dont nous attendions chaque épisode avec beaucoup d’impatience…

XYY
XYY

Eric.
“Que de souvenir…”. Ça de ouizzz…

LedZep
LedZep

@XYY
Ben c’est çà aussi !
https://www.youtube.com/watch?v=hNaAFNFh9HA

Alikantitra

Eric : “Une série dont nous attendions chaque épisode avec beaucoup d’impatience…”
et @ XYY

Je vais vous décevoir.
Dans les années ’70, j’étais dans ma période malgache puis tunisienne, et côté télé, il n’y en avait pratiquement pas.
J’ai donc manqué cette série culte.
Mais je me soigne :
https://www.dailymotion.com/video/xnonmr

LedZep
LedZep

@Alik
Je pensais plutôt à celle là : https://www.youtube.com/watch?v=yViYEmfoSpk

Alikantitra

LedZep : “Je pensais plutôt à celle là”

Ah, Bonanza !
Il y a un épisode que j’ai vu trois fois, au fil de mes pérégrinations : Nouméa, Papeete, Taiohae.

J’aimais bien celle-là aussi, dans le genre pas prise de tête :
https://www.dailymotion.com/video/x68jf37

LedZep
LedZep

@Alik
A la sauce 2018 désormais : https://www.youtube.com/watch?v=ADAeeJclFIU

Bonanza, “Au nom de la loi” avec Steve McQueen, les Incorruptibles c’est ce nous donnait l’ORTF en NC dans les années 60 lorsque j’étais encore en culottes courtes ! Et en noir et blanc qui plus est.

Crabe de cocotier
Crabe de cocotier

Lors de l’adoption du statut particulier des fonctionnaires communaux il y a déjà plusieurs années, dont le capitaine était Philippe Orcése à l’époque pour Nouméa, les pompiers avaient obtenu un super statut, calqué sur celui de métropole avec des indices nettement plus avantageux. A l’époque, il leur avait été reproché de vouloir un statut plus intéressant que celui de métropole, les autres statuts n’ont pas eu cette chance. Et pour des risques qui ne sont pas et de loin similaires.

Inforétif

Au JT de ce vendredi soir, les pompiers grévistes déclarent accepter de reporter leur mouvement après le référendum, pour ne pas gêner son déroulement, après un vote à main levée.
C’est bien. Même si la dénonciation des motivations cachées de ce mouvement par le gouvernement local relayé par la presse y a été peut-être aussi pour quelque chose.

Eliot Nenesse

Pourquoi le directeur de la Sécurité Civile, Eric B. a-t-il démissionné ?

Parce qu’il n’en pouvait plus de supporter les pressions et magouilles de certaines personnes, mélange de syndicalisme et d’intérêts personnels, qui n’ont que trop duré et ont foutu une ambiance pourrie dans cette administration.

Clark
Clark

Rita à la rescouuuuuuuusse!

ditou
ditou

Ces pompiers qui veulent changer les choses. En effets les pompiers sont généralement des volontaires et ne sont pas des fonctionnaires, à part ceux de PARIS crées par Napoléon et les marins pompiers de Marseille qui eux dépendent d’un statut particuliers de la défense. Eux sont des engagés. Ils ont signés un contrat comme les militaires. Il me semble aussi qu’il y a un petit mais tout petit à Flayosc dans le VAR. Les autres sont volontaires partout en France donc comme ceux de nouvelle Calédonie. Et en 2018, ils veulent mettre un frein à tant d’année de serviabilité. Et… Lire la suite »

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top