Connect with us

Calédosphère

Actualité

Daniel Goa réélu président de l’UC

Seul candidat en lice, Daniel Goa a été reconduit ce dimanche à la présidence de l’Union Calédonienne. Sur les 200 électeurs, 191 ont voté pour le maire de Hienghène. Plébiscite.

Elu en novembre 2012 à la suite de la disparition de feu Charly Pidjot, Daniel Goa était candidat à sa propre succession. Prévu dans les statuts du plus vieux parti calédonien, le renouvellement de toutes les instances de l’UC s’effectue chaque année lors du congrès du mouvement. Et cette fois-ci, contrairement à l’année dernière où des personnalités telles que Roch Wamytan avaient fait part de leur ambition de se présenter, Daniel Goa n’a eu à subir aucune opposition. Si neuf grands électeurs de l’UC ont préféré s’abstenir, 191 ont renouvelé leur confiance envers celui qui fut dernièrement le médiateur lors du conflit des rouleurs. Gardant la tête froide, le président de l’Union Calédonienne a déclaré que « c’était prévisible » car même si son parti a connu, et connait encore, des soubresauts du fait notamment de sa stratégie nickel, pour lui « les choses ont été dites et devraient rentrer dans l’ordre ». Néanmoins, pour Daniel Goa, l’absence d’opposant affiché n’est « pas terrible non plus ». Le leader indépendantiste s’affirme « méfiant » en rappelant qu’il existe au sein de son parti des « pièges » et certaines « volonté de l’utiliser ». Selon des sympathisants de l’UC présents ce matin à la tribu de Caavatch « les échanges ont été très vifs » et particulièrement sur le dossier nickel.

Lecren pardonné, D’Anglebermes puni

Au-delà de la présidence, le parti a également dû renouveler l’ensemble de ses structures exécutives. Certaines places, tels que les vice-présidences et les postes du secrétariat général, ont été ardemment convoitées et plusieurs candidats se sont fait face. Ceux-ci représentaient peu ou prou le clivage « UC du Nord » et « UC du Sud » qui caractérise désormais le principal mouvement indépendantiste du territoire. Anthony Lecren dont les déboires judiciaires et les dernières condamnations par la justice ont créé un véritable malaise politico-médiatique, n’a pas été inquiété. Alors que la commission de discipline interne au parti lui avait adressé un blâme en septembre dernier, le congrès a statué sur son maintien à son poste de membre du gouvernement. Une décision qui pourrait avoir des conséquences sur l’image du mouvement qui s’est justement fixé comme objectif ce dimanche de doubler son nombre d’adhérents avant le lancement du référendum de sortie de l’Accord de Nouméa prévu pour 2018…

En revanche, Jean-Louis D’Anglebermes, le vice-président du gouvernement, a été écarté du bureau exécutif du parti. Ses collègues indépendantistes ne lui ayant vraisemblablement pas pardonné son vote en avril dernier pour Philippe Germain, l’actuel chef de l’exécutif calédonien. Il y a six mois, ses colistiers de l’UC Gilbert Tyuienon et Anthony Lecren s’étaient prononcés contre l’élu de Calédonie Ensemble lors de son élection à la tête du gouvernement.

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

18 Commentaires sur "Daniel Goa réélu président de l’UC"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Martin

OUFFFFFFF Daniel a été réélu j’ai eu peur qu’il se retrouve en ballottage contre lui-même ! et merci mon Dieu tony est toujours là!
Quel plaisir de constater autant de démocraties au sein de ce parti.
Allez zou je vais me prendre une carte de l’UC (ça peut servir en 2018)

DECENNIE

selerone t’étais sur saint louis ce week end pour un mariage ? si oui ,a vu de nez il avait combien de grammes notre ministre alcoolique qui avait l’injonction de se soigner ?

Janloupe Pahune

Antonneau Lecren prépare la sortie de l’Alcool de Nouméa en 2018…

RIEN de BON ! Dans ce congrès”
Lecren (le pire) reste à la manoeuvre pour nous rejouer ” le bateau ivre”
Faudrait juste le placer à l’ INCULTURE ou la CUITURE pour qu’ il puisse donner toute sa connerie
Ce GOA a été “formé” dans l’ ex URSS ……… Cela risque d’ être fini pour
l’ avenir multi partis , couleurs , racial
Comme disait MAO : UN GRAND BON EN ARRIERE !!

gil

c’est bien dommage, d’avoir un palika fort et un UC fort d’un coté et de l’autre une nébuleuse républicaine ou une chatte ne retrouverais pas ses petits. Le problème des loyalistes, c’est qu’a part défendre le droit de rester Français , ils n’ont pas grand choses en commun sur les choix de société du pays. quand le problème de la méthode de rattachement à la France sera réglé définitivement, on se retrouvera sans doute dans une opposition des partis entre libéraux et travaillistes comme dans la majeure partie des pays du monde

La politique du choux et la chèvre, à l’UC ce sont des grands équilibristes en plus d’être des grands comédiens.

– nord/sud,
– Lecren/JLD’A,
– doctrine nickel/exportations vers la Chine,
– Gomès/Frogier
– Maï/Foucher
– Néaoutyine/LKU…….

Tout n’est que du flou artistique.

Martin

Je pense surtout qu’ils ne comprenent rien à tout ça, la seule motivation pour eux c’est la place de “VIZIR” en 2018

XXX

@Floyd – A moins que la réélection sans concurrence du président sortant ne veuille dire : A D. Goa le rôle ingrat de l’unité du parti et au groupe UC FLNKS et Nationalistes au Congrès.les orientations socio-économiques.

L’un aurait les mains lièes et aux autres les marges de manœuvre.

Je ne peux m’empêcher de faire le lien avec les propos tenus par Max Foucher au plus fort de la crise des rouleurs quand il disait en toute simplicité : “notre médiateur fait le travail qu’on lui a demandé !”

Tout à fait exacte, certainement une histoire de marge de manœuvre. Toutefois le message politique reste brouillé, visiblement la forme compte plus que le fond, mais à la longue, une chatte aurait du mal à retrouver ses petits.

Jibene

Toutes les chattes n’ont pas que pour rôle de retrouver leurs petits…

A mettre ceci en parallèle avec l’interview de Frédéric Degreslan dans le chien bleu. Constat : un politique est impuissant à résoudre ce pour quoi il a été élu. Conséquences : pour donner l’illusion d’un pouvoir qu’il n’a pas, il s’enfonce toujours davantage dans la démagogie des promesses intenables et de la manipulation pour susciter la peur. Conclusion : l’électorat est de moins en moins crédule de ce jeu de dupe et rejette cette classe de pseudos dirigeants qui poursuivent leur carrière dans l’unique objectif est de s’assurer qu’ils seront à l’abri lorsque déferlera immanquablement le tsunami social. Eux seront,… Lire la suite »
wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top