Connect with us

Calédosphère

Actualité

La délinquance, c’est aussi chez les filles !

Le fait-divers dont le collège de Kaméré a été la cible il y a quelques jours a mis en évidence, le rôle des filles dans les faits de délinquance et d’incivilité. Les policiers, la justice comme les services sociaux ne cachent plus leur inquiétude : dans l’agglo, la délinquance se joue aussi au féminin.

Au collège de Kaméré, ce ne sont pas que des garçons qui se sont précipités sur un enseignement et un surveillant pour les agresser, on comptait aussi nombre de filles dans la horde, des filles à l’origine de l’incident qui a conduit à la fermeture du collège et à la colère de l’équipe éducative. La présence de ces jeunes filles, élèves de 3ème, dans la rixe et le passage à tabac des deux adultes n’a étonné personne parmi ceux qui ont à travailler dans le social et la sécurité.

Des filles sans pitié

Les statistiques de la délinquance, rendues publiques chaque année, ne mettent pas en évidence la part des filles dans les délits et incivilité. Pas encore, mais ça ne saurait tarder tant le phénomène prend de l’ampleur. Outre qu’elles sont en effet de plus en plus nombreuses, c’est la violence dont elles usent souvent qui inquiète les professionnels. Le meurtre sauvage de Daniel Monteiro en aout 2015, par une jeune femme de 21 ans en est sans doute l’illustration la plus parlante. Nombre de travailleurs sociaux ou d’éducateurs assurent que les jeunes délinquantes, essentiellement d’origine kanak, n’ont peur de rien. La plupart ajoute qu’elles se créent un statut, notamment auprès des garçons, en se montrant impitoyables à la fois entre elles et contre les victimes de leurs faits. D’une certaine manière, les filles se trouvent une place en se montrant extrêmes. De la même manière, et de façon bien plus prononcée que chez les garçons, les filles qui versent dans la délinquance sont totalement imperméables à tout ce qui a trait à la famille, à l’école ou à la coutume.

La plus grande misère personnelle

Cet extrémisme se retrouve dans les comportements adoptés par les filles. Les services sociaux s’inquiètent ainsi du niveau d’alcoolisation et de « cannabisation » des filles, souvent extrêmement jeunes. Le plus inquiétant demeurant les comportements sexuels de ces jeunes filles, proches souvent de la prostitution. Pour un joint, un sel de kava ou toute autre chose, elles sont prêtes à accorder des faveurs sexuelles, et cela hors de toute contraception. Ces déviances trouvent hélas leur conclusion dans la progression inquiétante du nombre des MST et des IVG. Selon l’ISEE, entre 2000 et 2013, le nombre d’interruptions volontaires de grossesse a été multiplié par 4,5, passant de 377 à 1641 IVG par an. La situation ne va pas en s’améliorant, d’autant que dans les quartiers, les « exploits » des grandes sœurs trouvent un écho favorable chez de plus en plus de jeunes filles.

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

5 Commentaires sur "La délinquance, c’est aussi chez les filles !"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
toto47

Pour remercier les enseignants d’avoir été solidaires avec les personnes agressés, le vice rectorat leur a retiré 1/30ème de leur salaire pour la journée de mobilisation. Tous les enseignants ont pourtant passé la journée au collège mêmes ceux n’ayant pas cours!

Manu Point de départ

Ce qui m’étonne un peu, c’est cette recrudescence de la délinquance alors que la maire de Nouméa avait promis de tout mettre en œuvre pour l’éradiquer.
Malgré cette volonté, on ne peut que constater que la commune qui connait la plus forte progression de délinquance est Nouméa depuis cette élection.
A vrai dire, il faut reconnaitre que depuis que Calédonie ensemble a accaparé les principaux postes du pays, ce sont les portes de l’enfer qui se sont ouvertes pour la Nouvelle-Calédonie…et cela se démontre de façons très concrètes et précises.

JeanCulasec

malheureusement ce n’est pas une nouvelle…et cela risque de ne pas aller en s’améliorant. Quant on pense que bon nombre de ses filles deviendront mères à leur tour, on est en droit de s’interroger et de d’inquiéter sur la “qualités” des progénitures qui seront ainsi engendrées…on se prépare certainement un belle avenir!

“…nombre de ses filles deviendront mères… s’inquiéter sur la « qualités » des progénitures…”
Pas grave, ça fera un argument de plus pour pointer du doigt l’administration colonialiste défaillante.

Ben… c’est la parité (?)……

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top