Connect with us

Calédosphère

Chroniqueurs

LES GROS CAMIONS

Qu’ils sont beaux ces fiers camions rassemblés à la Baie de la Moselle, superbement alignés, plateaux dressés, iridescents dans la lumière de notre belle île. Des rêves d’enfants à taille d’homme. Mais ces colosses, qui peuvent transporter du lever au coucher des quintaux de minerai sur ce que même nos ancêtres n’auraient pas osé appeler des routes, montrent au grand jour leurs bennes béantes ouvertes pour rappeler à quel point elles sont vides.

Elles ne se sont pas vidées au fil de l’évolution consciente du pays vers une nouveau modèle d’exploitation du nickel. Elles subissent la volonté brutale d’apprentis-sorciers qui tentent de joindre leurs notions d’économie minière à l’art catastrophique du pilotage électoral des masses.

L’idéologie-nickel du gouvernement est que l’exportation de minerai pour qu’il soit traité par d’autres est à proscrire, parce qu’il pourrait l’être un jour par une usine dont la moitié appartiendrait à la Calédonie (une fois les emprunts de construction remboursés). C’est une idée très intéressante.

Mais dans le même temps, le gouvernement n’a aucune objection à ce que ce même minerai soit vendu à un milliardaire australien qui ne partage aucune de ses usines avec la Calédonie.
Comment distinguer ces deux situations, l’une bloquée, l’autre autorisée ? Du minerai – exactement le même, en fait – va être vendu à des étrangers qui se chargeront de le transformer. La seule différence étant que le pouvoir de négociation à portée avec deux clients potentiels s’effondre avec un seul. Ce qui revient à empêcher de vendre du minerai calédonien au meilleur prix. On se rend compte que ce refus conduit à un appauvrissement, alors que l’idéologie-nickel utilisée pour justifier le choix est censée être porteuse d’enrichissement. Mais qui est censé s’enrichir ? Pas les bonnes personnes, au sens où le gouvernement l’entend. C’est l’objet du hiatus.

Au fond, il s’agit donc simplement d’exprimer un pouvoir sur la propriété du nickel de notre sol. Cela doit nous aider à comprendre d’où vient l’idéologie que le gouvernement fait sienne. Elle a été initialement construite pour porter le rêve d’indépendance, basé sur le rêve (en Calédonie on rêve beaucoup) que le nickel est une richesse mythique et intarissable, qui permettra de financer à jamais toute l’éducation, la continuité pays, l’aide médicale gratuite, les retraites et plus encore. Elle est portée par le gouvernement parce qu’elle a des retentissements souverainistes qui se sont montrés intéressants électoralement et parce qu’elle fait gagner une majorité qui n’existe pas et permet d’accéder au contrôle des institutions. Mais elle repose sur un postulat fallacieux, ou plutôt qu’on peut interpréter avec plus ou moins de bonheur, ouvrant ainsi une fourchette de compréhension assez large.

Les rouleurs se trouvent emprisonnés dans cette fourchette, malheureusement du côté « moins de bonheur ». Il est important de se rappeler que ces rouleurs ne sont pas n’importe qui. C’est une image plus saisissante de la Calédonie que n’importe quel quartier de Nouméa. Allez faire un tour à la Baie de la Moselle pour vous en convaincre : des tee-shirts kanaky aux chapeaux cow-boy en cuir, c’est la marmite du destin commun qui est en train de bouillir.

Et pendant que l’hubris et l’impéritie des politiques les poussent à se laisser attirer par les reflets flavescents du nickel, qu’ils cherchent à transformer en or électoral, le compteur tourne.

Espérons que la roue aussi.

Magellan

Afficher la suite

Magellan est un navigateur. Soucieux de regarder loin à l’horizon pour savoir dans quelle direction aller autant qu’à la verticale de la coque pour éviter les récifs, il observe avec curiosité. Eveillé récemment à la politique par plusieurs tempêtes, il s’interroge sur l’état du navire et sur la meilleure route à prendre. Ouvert à toutes les idées, pragmatique, avec une sensibilité particulière sur les sujets économiques, confiant dans l’équipage mais un peu moins dans la liste des capitaines possibles, il a pris le parti de se donner les moyens d’avoir ses propres opinions… et de les soumettre à la lecture des visiteurs de Calédosphère.



Laisser une réponse

122 Commentaires sur "LES GROS CAMIONS"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
X

“Magellan est un navigateur.” C’est un poète aussi: “iridescents”, “hubris”, “hiatus”, “impéritie”: des mots tellement peu utilisés qu’ils ont de la poussière dessus…

J’en découvre quelques uns. Merci Magellan. Ces beaux mots, pour les gros mots des rouleurs, ça smaragdine le style!

E.L.B
Bonjour tout le monde, En vous lisant, j’avoues que vos commentaires sont très complexes et je me demande juste si un de vous travaille sur une mine, porte les EPI bouffe de la poussière 10h par jour et en rentrant chez lui le soir se pose la question du : Que vais-je devenir si ma mine ferme car je suis sur cette mine de la 5 ème génération ??? Tous les matins en me levant je regarde le LME je vois qu’il est à 10700 $ la tonne mais çà la Nouvelle Calédonie elle connait car en 2001 le LME… Lire la suite »

Tiens on parle de la Chine ce soir sur ARTE à la télé, ça tombe à pic. Bonne soirée.

Parfait, ça te rendra moins benêt 😉

Ca fait plusieurs fois que je le dis ici sur Calédosphère. exporter des latérites (minerai pauvre) aujourd’hui alors que les cours sont bas est (selon moi) un non sens économique. POURQUOI? D’abord l’exploitation de latérites (extraction, roulage, transport maritime, production/raffinage en usine) coûte deux fois plus cher qu’avec du minerai riche pour la même quantité de métal à la fin. En gros il faut remuer et brûler/conditionner deux fois plus de terre pour le même résultat càd du nickel pur à 99%. Un jour dans 30-40-50 ans la garnierite va se faire de plus en plus rare dans le monde… Lire la suite »

Ce qui est plutôt rigolo c’est que tu te contentes de paraphraser un argumentaire qu’on t’a envoyé pour te faire pour plus malin que tu ne l’es vraiment. Tout cela pour défendre des gens qui font dans l’anti-démocratie et de la ruine des gens les plus fragiles. Ce qui est plutôt cocasse lorsque ceux ci revêtent un habit de pourfendeur des inégalités et protecteur des plus faible lorsque ça les arrange 😉

je viens d ecouter les infos sur le conflit des rouleurs et ce qui me saute le plus aux yeux c est que la présentatrice du journal mlle goapana est de plus en plus jolie , ca nous ferait presque oublier les basses manoeuvres des (pseudo) republicains .

” la présentatrice du journal mlle goapana est de plus en plus jolie”
Est-ce important ? Même Air France ne recrute plus ses hôtesses de l’air sur un tel critère physique.
Par contre quelqu’un devrait lui expliquer que si elle baissait de deux tons, on l’entendrait quand même et sa voix deviendrait plus supportable.

C’est pourtant une évidence que la transformation locale du minerai devrait être plus lucrative que son export. Mais… avec quoi on transforme le minerai au juste ? Une usine KNS sans fours, une SLN aux procédés de raffinement d’avant guerre dont la rentabilité se retrouve en défaut à chaque chute u cours du nickel, ou encore un Vale pas tout a fait sur de son procédé chimique qui semble plus en cours d’étude qu’en phase de production. Et surtout, avec quelle main d’oeuvre ? La main d’oeuvre locale ? Qui est probablement une des plus couteuse de la planète ?… Lire la suite »

SCOOP : Conséquences (prévisibles) de la récent dévaluation de la monnaie chinoise (yuan) = la chute des cours des métaux (cuivre et aluminium) sur le LME, les autres métaux dont le nickel suivront bientôt.

http://www.sbs.com.au/news/article/2015/08/12/chinas-yuan-devaluation-rattles-market

C’est une catastrophe pour TOUTE la Calédonie et des petits malins comme Magellan et ses amis voudraient qu’on aide les chinois à mieux nous enc…… en leur vendant notre nickel (à prix cassé) qu’ils ont eux même contribué à dévaluer sur le marché mondial, pffff.

Woila nadyadiavou. Des vrais enclumes toute la bande.

http://i288.photobucket.com/albums/ll167/floyd2nc/enclume_zpsj4rcu4ym.jpg

Selon le Wall Street Journal.

“The devaluation also could hurt countries that export large amounts of commodities and manufactured goods to China. Big exporters of soybeans, coal, nickel and iron ore such as Brazil, Australia and Indonesia, which are suffering due to multiyear lows for commodity prices, could be hurt as a weaker yuan further pinches Chinese demand for commodities. The Australian dollar fell more than 1% on Tuesday.”

Parait que Magellan et ses amis voudraient que la Calédonie exporte du minerai de nickel vers la Chine.
http://i288.photobucket.com/albums/ll167/floyd2nc/wtfKKK_zpsiv0fsqmx.gif

Voir plus dans Chroniqueurs

Tendances

Les derniers comm’s

To Top